Laïcité ou laïcisme

La question de la laïcité, devenue centrale dans le débat public depuis plusieurs années, elle est victime de manipulations que nous allons tenter de décrire.

D’abord, le mot lui-même, “laïcité”, a été victime du novlangue dont parle Orwell dans son livre 1984… Le novlangue, c’est ce processus par lequel les mots sont dépossédés de leur sens par les élites (quelles qu’elles soient) à des fins de contrôle. Par exemple, le “ministère de la guerre” est devenu le “ministère de la défense” ; sous-entendu, l’armée n’attaque plus, n’a pas d’objectifs expansionnistes ou autres, mais se contente de défendre son pays et ses alliés. Pourtant, son rôle n’a jamais changé, et aujourd’hui, l’armée intervient beaucoup pour des intérêts économiques ou pour des problèmes extérieurs à son Pays et c’est le cas des USA ou de la France…

Wikipédia donne une bonne définition de la laïcité : “La laïcité ou le sécularisme est le principe de séparation de l’État et de la religion et donc l’impartialité ou la neutralité de l’État à l’égard des confessions religieuses”. Et on voit déjà le soucis. Quand on nous parle du problème du voile dans l’Islam ou des Musulmans qui critiquent les autres religions, etc… ou en générale comme cela se passe dans les sociétés occidentales au sujet de la burqa, de la viande halal, des insignes religieux à l’école, etc., on défend l’interdiction par l’argument de la laïcité ; or, celle-ci ne prévoit en aucune manière de réduire le fait religieux de la sphère publique. Au contraire, elle essaye de faire cohabiter les différentes religions dans la paix et dans le respect de la “démocratie”, sans en favoriser une par rapport à l’autre…

En fait, il existe bien une école de pensée qui souhaite réduire le fait religieux de l’espace public (et qui est donc naturellement favorable aux interdictions mentionnées plus haut), c’est le laïcisme. Encore une fois, prenons la définition de Wikipédia : “le laïcisme souhaite réduire la vie religieuse des citoyens à la seule sphère privée, hors de toute manifestation sociale et publique.” Les deux termes ont été confondus en un seul, alors qu’ils sont immensément différents ! Tous ces intellectuels ou hommes politiques qui défendent avec passion l’interdiction du voile, par exemple, ne défendent pas la laïcité comme ils le disent, mais le laïcisme.

La laïcité étant une valeur bien ancrée au Sénégal ou dans certains pays, et ayant une certaine aura positive dans l’opinion, la confondre avec le laïcisme relève du génie : certaines position, parfois extrêmes, sont acceptées et deviennent même la norme grâce à cette étiquette “laïque”.

Cette manipulation des mots est donc fondamentale, et permet de faire avancer les idées laïcistes sans opposition majeure. Pour les laïcistes, la religion doit demeurer strictement privée, et ne doit jamais être exprimée de quelconque manière sur l’espace public. La raison en est simple : la religion, et plus largement “la spiritualité”, sont des domaines anti matérialistes par essence, et donc difficilement marchandables (même si certaines sectes ont réussi ce pari) ; ils n’ont ainsi pas leur place dans la société libertarienne qui se dessine , ou tout doit pouvoir être vendu et acheté…Elle est le versant religieux du programme libertarien.

Le matérialisme et la spiritualité dans un certains sens sont deux domaines à la fois complémentaires et distincts. Le spirituel considère très sincèrement qu’il y a plus que ce que l’on voit, en gros (et ce “plus”, certains l’appellent Dieu, d’autres l’Âme, d’autre la nature, etc.). C’est un sentiment profond, une manière de voir le monde qui nous entoure. Les matérialistes n’ont pas ce “sentiment” (si l’on peut appeler ça ainsi). Ils ne croient pas à l’âme, ou en tout cas pas de la même façon. Cela semble compliqué et ennuyeux mais c’est un élément fondamental qui distingue les individus, puisque ça conditionne la façon de concevoir le monde...Au Sénégal on voit plus de Religieux Matérialiste et c’est compliqué…parce que ces derniers étant dans l’excès ont du mal a accepter les autres…les autres ne partageant pas leur foi Religieux.

La majorité des individus qui composent notre société sont des matérialistes (quand je parle de matérialiste, je n’évoque pas l’attachement au matériel ou aux objets, mais l’absence de spiritualité)…

Il y a encore des religieux sincères, des personnes spirituelles (dans son sens premier), mais qui sont très minoritaires : beaucoup de ceux qui se revendiquent musulmans ou catholiques, par exemple, le sont par la culture, l’éducation, etc.. Ils n’ont pas forcément ce que les religieux appellent la foi.

Dans cette majorité que sont les matérialistes, il existe une élite intellectuelle dont une partie se prononce pour le laïcisme, c’est à dire pour le bannissement de la spiritualité de l’espace public. Ils veulent donc que leur façon d’envisager le monde devienne la norme légale, en quelque sorte, en interdisant l’expression de conceptions différentes dans cet espace public.

Donc, entre ceux qui veulent que leur spiritualité devienne la norme légale, et ceux qui veulent que leur matérialisme devienne la norme légale (les laïcistes), je vois peu de différences ; c’est en quelque sorte les deux faces d’une même pièce, celle de l’extrémisme.

Le problème vient de l’imposition à tous d’une norme personnelle. En Arabie Saoudite, une femme est obligée de porter le voile, celle qui refusera sera punie (puisque c’est illégal) et montrée du doigt par ses contemporains qui, à force de bourrage de crâne, ne peuvent concevoir l’idée selon laquelle chacun est libre d’exprimer sa spiritualité comme il l’entend. En Europe par exemple, c’est exactement l’inverse (et c’est donc exactement pareil) : on va progressivement vers une interdiction du voile : les femmes le portant risqueront des peines pénales, et seront montrées du doigt par les autres (c’est déjà en partie le cas). Les laïcistes sont des extrémistes matérialistes au même titre que les islamistes radicaux sont des extrémistes spirituels.

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que je ne critique pas la pensée matérialiste, ni d’ailleurs la pensée spirituelle. Je critique les laïcistes en respectant les matérialistes de la même façon que je critique la politique de l’Arabie Saoudite en respectant les Musulmans. Je critique seulement le projet politique. J’ai bien parlé des laïcistes, et non des matérialistes.

Le laïcisme est un projet politique et social, tout comme la théocratie. C’est une opinion. Et au même titre que je critique le capitalisme, par exemple, je peux critiquer le laïcisme.

laicite-maroc-2012-04-13

La laïcité (j’entends la vraie laïcité) est également un projet politique et social, mais qui me semble bien plus mesuré, une sorte de compromis honnête qui permet à chacun d’exprimer sans entraves (sauf si elles sont légales) ses conceptions personnelles.

Tout comme l’excès de spiritualité rejette en bloc toute forme de matérialisme, l’excès de matérialisme rejette en bloc toute forme de spiritualité. Les défenseurs du laïcisme, nombreux, sont donc des fondamentalistes matérialistes, au même titre que des groupes comme l’Etat Islamique sont des fondamentalistes religieux (et donc spirituels). A quand un monde ou ces deux notions, matérialisme et spiritualité, coexisteraient pacifiquement, tant chez les individus que dans les lois ?…~Monnom E Personne

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s